Ateliers Ouverts 2014
PARCOURS CHOISISATELIERSARTISTESDIAPORAMAEVENEMENTSATLAS
A PROPOSREVUE DE PRESSELES ATELIERS OUVERTS SUR fbPARTENAIRES
 
 
Artiste(s)
 
014B
CARNET DE COULEUR MURIEL MEYNLÉ
15 RUE DU CHAMP DU FEU
67810 HOLTZHEIM
T. 0637062070 - E-Mail - Site Internet
Atelier Carnet de Couleurs Muriel Meynlé

A Holtzheim, dans un lotissement calme, un petit atelier à découvrir ouvert sur un jardin, moderne et accueillant qui permet de découvrir de nombreuses toiles tout en savourant un café. Pendant, les ateliers ouverts, l’artiste travaillera sur une toile, et les visiteurs pourront partager la démarche artistique effectuée pas à pas.
Souvent quand certains prennent des photos pour immortaliser leurs instantanés de voyages, Muriel Meynlé préfère retranscrire ses souvenirs sur des toiles aux couleurs vives qui enveloppent le spectateur de sensations venues d'ailleurs. Muriel Meynlé aime voyager… et surtout ramener des valises d'émotions qu'elle s'empresse de retranscrire dans ses toiles. Là, seule dans son atelier calme avec fenêtres ouvertes sur l'horizon, l'artiste se souvient de personnages rencontrés et de paysages traversés qu'elle nous raconte à travers des toiles resplendissantes de couleurs vives. Le viiteur spectateur partage alors les sensations de l'artiste : chaleur et luminosité, échos de la savane, de sa flore et de sa faune, impressions d'étoffes en papiers… Des toiles à voir, à effleurer et à déguster

Cet atelier n’est ouvert habituellement au public que sur RDV, le week-end.
15, rue du champ du feu - 67810 Holtzheim – murielmeynle@yahoo.fr – 06 37 06 20 70.

L’artiste a ce regard franc, cristallin, littéralement affûté, qui en dit long sur ses aspirations, sur les raisons qui lui donnent cette envie presque boulimique de peindre :son amour pour les couleurs chaudes, les textures raffinées, fruits des ambiances recueillies lors de ses nombreux voyages.
Elle développe une collection d’émotions personnelles qui se nourrit de la découverte de pays mythiques aux civilisations riches comme le Maroc, l’Egypte ou l’Italie pour n’en citer que quelques-uns.

Ses influences, elle les trouve aussi dans les univers de la mode, de la musique, de la littérature et de l’architecture où elle se laisse guider par ses envies, puisant dans les palettes de couleurs et de formes graphiques les pièces constitutives de ses œuvres qui se transforment en de véritables puzzles, à la différence que les jointures sont fondues dans la toile.
L’objectif de l’artiste est d’arriver à rassembler ces éléments issus de ces différents environnements, de faire en sorte qu’ils se rencontrent naturellement et qu’ils créent une nouvelle forme de vie, des compositions recherchées où les formes géométriques et des symboles sont agencés en une évidente harmonie. De la superposition de matières surgit l’inattendu. Des interventions mécaniques comme celle de frotter, enlever, remettre, rajouter, résultent des effets graphiques et picturaux particuliers qui procurent aux toiles leur texture soignée.

Des écritures et des symboles picturaux le plus souvent empruntés à l’histoire de l’art tracent des messages : la spirale, par exemple, figure chère à l’artiste qu’elle arbore aussi sur ses vêtements, ne sachant pas d’où lui vient cette vénération, avouant qu’il faudrait peut-être s’interroger sur sa signification d’un point de vue psychanalytique.
En dehors de la symbolique propre à chaque œuvre, il est particulièrement intéressant de s’attarder sur le parcours artistique de Muriel Meynlé et de comprendre l’évolution de sa peinture car il s’agit d’un long cheminement.
Elle commence à peindre à l’âge de 5 ans et fait de la peinture jusqu’à en être saturée, presque dégoûtée, obtenant sa licence d’Art Plastiques à Strasbourg. Puis pendant dix ans, elle va s’arrêter de peindre, réalisant une toile tous les deux ans. Elle en éprouve un sentiment de frustration car nous dit-elle « c’est comme en musique, on perd ses gammes !».
En 2000, elle se rend à St’Art, seconde foire d’art contemporain française après la FIAC et c’est le choc. Elle est submergée d’œuvres qui entrent en résonance avec ses goûts et son esprit, « beaucoup de belles choses ». C’est le déclencheur, l’envie de peindre à nouveau. Elle démarre avec des natures mortes pour retrouver son aisance, se redonner des repères et pour alimenter son envie. « J’ai voulu réintégrer le milieu que j’avais carrément occulté, jusqu’au point de ne plus assumer dans mon métier les études artistiques que j’avais suivies ». Depuis, s’en suit un travail par séries, des thématiques précises qu’elle explore et décline.
Atelier adapté aux personnes à mobilité réduite.
 
Evénement(s)
Aucun événement spécifié.
Transports
Bus
22, 209
Bruche